Tag Archiv: Devie

Rimogne…pas si pauvre

EurosLa dernière séance du conseil municipal a été principalement consacrée au vote du budget. Et pour ceux d’entre nous qui y assistaient, elle a révélé une information importante pour tous les habitants : la commune de Rimogne n’est pas si pauvre. Parmi les communes similaires, celles qui figurent dans sa strate, elle se place même bien au dessus de la moyenne.

La compréhension des éléments d’un budget municipal n’est pas facile mais quelques éléments permettent de se faire une idée. A la fin de l’exercice budgétaire de 2012, la commune de Rimogne dispose d’un fond de roulement de 879 500 €.

C’est la somme qu’il reste dans les caisses de la commune une fois que toutes les dépenses de fonctionnement et d’investissement ont été réalisées. Les premières, comme leur nom l’indique, sont les dépenses nécessaires au fonctionnement de la commune et des services publics, comme par exemple les charges de personnel. Les secondes sont toutes les dépenses qui servent à enrichir le patrimoine de la commune, c’est à dire à financer l’acquisition ou la réhabilitation de biens immobiliers.

880 000 € en caisse

Pour se faire une idée de ce que représente vraiment cette somme, il faut la comparer à celle de 2011, où le fond de roulement avait été arrêté à 755 000 €. Déjà, en 2011, Rimogne se plaçait très au dessus de la moyenne des communes similaires, établie à 352 000 €. Avec 124 000 € en plus et près de 880 000 € en caisse, Rimogne ne peut pas être considérée comme une commune pauvre.

Alors Rimogne, une commune bien gérée  ? Oui, sans aucun doute si on considère la progression : 522 000 € pour le fond de de roulement en 2008, 631 000 € en 2009, et encore 631 000 € en 2010. D’autant plus que la capacité d’autofinancement de la commune, c’est à dire sa capacité à investir  tout en faisant face à ses dépenses « courantes », a elle aussi augmenté : 350 000 € en 2008, 399 00 € en 2011,  la moyenne de la strate n’étant que de 194 000 €.

Mais dans le même temps, l’argent consacré au fonctionnement de la commune, c’est à dire au fonctionnement, à la création et à l’amélioration des services rendus à la population n’a pas augmenté, il a même régulièrement baissé : Il est passé de 1 017 000 € en 2007, à 875 000 € en 2011. Si on ne peut pas reprocher à l’actuelle municipalité d’avoir su réaliser des économies, on peut s’interroger de savoir si certains services supplémentaires n’auraient pas pu être créés, améliorés ou rendus plus accessibles pour certaines familles en difficulté, si les associations, qui assurent à la place de la mairie certains services aux parents, sont suffisamment soutenues et si notre village peut être plus et mieux animé.

Rimogne s’est constitué une réserve, en partie grâce à nos impôts, à quoi finalement sert-elle ?

Deux poids – deux mesures

TBILors du dernier conseil municipal, l’ensemble des conseillers présents ont donné, sans débattre et à l’unanimité, leur accord pour réserver 95 000 €, soit environ 11% des caisses de la commune (880 000 €) pour ravaler le chevalement du Puit Saint Quentin.

Preuve que la commune peut avoir quelques moyens quand elle le souhaite.

Il semble que de ce point de vue, il y ait deux poids, deux mesures. Car dans le même temps, le maire de Rimogne a informé le conseil des écoles qu’elle ne pourrait pas, comme il était prévu, faire l’acquisition de quatre  tableaux numériques supplémentaires cette année et que seulement deux de ces tableaux pourraient être achetés, les suivants ne le seraient que l’année prochaine. Coût total de l’opération pour la commune  : 5 475 €.

On rappelle que l’acquisition des tableaux fait partie d’un plan sur deux ans, débuté l’année dernière par l’achat de quatre premiers tableaux et annoncé avec fierté dans la presse locale ( voir l’article ici ). Le plan sur deux ans se transforme en plan sur trois ans : pas grave, les enfants peuvent attendre.

Le ravalement du chevalement constitue lui une priorité ou alors c’est peut-être qu’il s’agit, comme l’a dit le maire lors du conseil municipal « de me faire un dernier plaisir avant la fin du mandat  ».