Monthly Archiv: avril, 2014

Une bonne ou une mauvaise opposition ?

Il y a quelques semaines, lors de sa campagne, Mme Noëlle Devie, alors Maire, avait indiqué qu’il existait « une bonne et une mauvaise opposition ». Aujourd’hui qu’elle siège dans la minorité municipale, avec deux autres de ses colistiers, sa définition de l’opposition nous interroge. 

Depuis le jour de l’élection, aucun des trois membres de l’opposition municipale n’a accepté avoir de contact avec le nouveau maire. Aucun d’eux par exemple n’a souhaité avoir un minimum d’échange sur les informations et le contenu des dossiers à transmettre. Aucun d’eux n’a pu ou voulu se rendre  disponible pour représenter la minorité lors du premier conseil municipal, alors qu’il y était discuté de la composition des commissions municipales pour les 6 prochaines années.

L’opposition municipale refuse de siéger dans les commissions

Lors du deuxième conseil municipal, qui a eu lieu jeudi dernier, il leur a été proposé une nouvelle fois d’y siéger. Alors que rien ne l’y oblige, le Maire, Grégory Truong, les a encore invités à rejoindre l’ensemble des commissions municipales. Mme Devie, Mme Pocquat et M. Pinneterre ont unanimement refusé d’y participer, y compris à la commission des maisons fleuries !!

Il faut rappeler que les commissions municipales* sont les lieux du travail municipal. Elles ont pour rôle d’élaborer des propositions et de préparer les décisions prises en conseil.

De fait, comment l’opposition municipale entend-elle être informée de la vie municipale, faire entendre son point de vue et finalement travailler au service des Rimognats si elle ne participe pas aux travaux de ces commissions ?

Il est vrai qu’après avoir annoncé sans explication sa décision de démissionner du conseil, puis changer d’avis pour annoncer, toujours sans explication, que tout compte fait elle ne démissionnerait pas, Mme Devie ne semble toujours pas savoir quelle attitude adopter et paraît avoir encore un pied dedans et un pied dehors.

* Six commissions principales : Commission Administration générale-finances-ressources humaines et communication ; Commission Sports-culture-animations et jeunesse ; Commission Education ; Commission Travaux ; Commission d’appels d’offre.

Noëlle Devie conteste le choix des Rimognats

Elections municipalesNoëlle Devie qui a mené la liste « Continuons ensemble pour Rimogne » n’accepte pas le choix des Rimognats, qui ont voté à 51,44% pour la liste de Grégory Truong, « Vivre à Rimogne », lors des dernières élections municipales.

Contre toute attente, elle a décidé de déposer un recours contre le résultat du scrutin pour demander l’annulation des élections. Une information qu’elle a souhaité tenir secrète jusqu’à ce jeudi 3 avril dernier. Mme Devie invoque des raisons surprenantes :

- le fait que sur le bulletin de vote de la liste « Vivre à Rimogne », le prénom des candidats précède le nom, et non l’inverse, et que les prénoms figuraient en majuscule ;

- le fait que l’une des personnes chargées du dépouillement soit un électeur non inscrit sur la liste électorale de Rimogne, alors que cette personne a été désignée sous sa responsabilité, puisqu’elle était la présidente du bureau de vote chargée de veiller à la régularité du scrutin, et qu’il s’agissait d’un conseiller municipal de son équipe encore en fonction à ce moment-là ;

- et de supposées aides illégales de la part d’associations de Rimogne à « Vivre à Rimogne », sans apporter la moindre preuve de ses allégations.

Une tentative de la dernière chance

Après avoir publiquement annoncé son retrait de la vie politique le soir de scrutin, ce recours, sans véritable fondement, témoigne d’une tentative de la dernière chance de conserver une fonction et un pouvoir auxquels Mme Devie semble avoir finalement beaucoup de mal à renoncer.

Surtout, elle illustre la volonté de Mme Devie de faire fi du choix démocratique exprimé par les Rimognats le 23 mars dernier.

Le maire et les 11 conseillers municipaux, issus de la liste « Vivre à Rimogne », ne laisseront évidemment pas faire. Ils ont d’ores et déjà adressé une réponse solidement argumentée à ce recours.

En attendant la décision du juge administratif, ils affirment leur volonté collective de ne pas se laisser détourner de leur tâche par de basses manoeuvres politiques et leur ferme intention de continuer à exercer sereinement les fonctions pour lesquelles ils ont été loyalement et légalement élus.

Rimogne n’a pas besoin de nouvelles élections, mais a maintenant besoin de stabilité et d’une équipe au travail, au service de tous les habitants.

L’installation du conseil municipal dans la presse