Daily Archiv: Jeudi - 06 mars 2014

Olivier Richet

O Richet« Il faut des élus capables de défendre les intérêts de Rimogne au sein des structures intercommunales »

- 38 ans

-Marié, 3 enfants

-Professeur des écoles

Vous êtes enseignant mais vous ne travaillez pas à Rimogne, c’est ça ? 

Effectivement je suis professeur des écoles et je travaille en tant que remplaçant dans la circonscription de Revin, dont fait partie Rimogne. Il m’arrive aussi d’exercer en remplacement les fonctions de directeur, je connais donc bien les problématiques scolaires. Mes enfants sont scolarisés à Rimogne, où nous sommes arrivés il y a 8 ans, séduits par les nombreux services que le village propose.

Et depuis vous vous êtes impliqué dans la vie de la commune  ?

Indirectement oui. D’une part, parce que deux de mes garçons fréquentent le club de tir du F.J.E.P., mais surtout parce que j’ai participé assez activement à la mobilisation contre l’assainissement individuel. C’est à cette occasion que j’ai pu me rendre compte du poids croissant pris par la Communauté de communes. Des études et des discussions ont eu lieu à ce moment là au sein de la com. com., sans que les intérêts de Rimogne n’aient été véritablement défendus. On s’est contenté alors de prendre pour argent comptant tout ce qui venait de l’interco.

Je ne suis pas contre la collaboration intercommunale, elle est aujourd’hui incontournable. Elle peut d’ailleurs être bénéfique aux habitants, comme c’est le cas pour le pôle de santé multidisciplinaire, qui est une réalisation de la com. com., aujourd’hui propriétaire de ce nouvel équipement.

Mais avec la création d’une nouvelle Communauté de communes, nommée « Portes de France », depuis le mois de janvier 2014, il nous faut plus que jamais des élus capables d’y défendre les intérêts de la commune.

Comment ça  ? Quels sont les enjeux ? 

Et bien par exemple, peu de gens le savent mais la communauté de communes n’est aujourd’hui compétente qu’en matière d’assainissement non collectif et pour réaliser des études préliminaires sur le zonage. Aujourd’hui, la mise en oeuvre de travaux de réseau ou la construction d’une station d’épuration ne relèvent pas de sa compétence.

Des discussions vont devoir être menées pour savoir si les autres communes, moins en retard sur ce sujet que Rimogne, vont accepter dans le futur de se doter de cette nouvelle compétence et financer ce vaste chantier.

La question se pose aussi dans un autre domaine : la construction d’un pôle scolaire implique que la Communauté de communes se dote de la compétence scolaire ou qu’un syndicat intercommunal (SIVU) soit spécifiquement créé pour cela, comme cela a été le cas pour l’école maternelle. Or, je doute que les autres communes, qui ont déjà financé le pôle de santé, acceptent d’investir encore dans un équipement supplémentaire et très coûteux à Rimogne. C’est pour cela aussi que nous pensons que la construction d’un pôle scolaire n’est pas souhaitable.

L’intercommunalité va donc prendre une place de plus en plus importante ? 

Elle l’a déjà prise ! C’est pour cette raison que ces élections sont très importantes. Pour la première fois, elles permettent aux habitants d’élire directement les 5 représentants (4 + 1 suppléant) au sein de la Communauté de communes. Les problèmes traités sont de plus en plus complexes, de plus en plus techniques et réclament de véritable compétences, notamment juridiques.

De par son activité professionnelle et sa formation en droit public, Grégory Truong connait très bien le fonctionnement de l’intercommunalité. Et il a déjà de très bons contacts auprès de maires de communes voisines. Il saura très bien représenter Rimogne et travailler de manière constructive avec les autres élus.

Pour découvrir un autre membre de la liste, cliquer ici.