Monthly Archiv: novembre, 2013

Concurrence déloyale (2)

Les tilleuls 2Ce n’est finalement donc pas 150 000 € mais 170 000 € qui auront été dépensés pour les travaux de réalisation de 2 gîtes municipaux, dont 42 000 € directement à la charge des habitants de Rimogne.

Rappelons, comme nous l’avions déjà fait dans un précédent article, qu’un gîte privé « les Tilleuls » propose d’ores et déjà 12 places à Rimogne. Ce gîte est le fruit de l’investissement et du travail de propriétaires privés qui ont rénové un élément du patrimoine de la commune (en photo). Des efforts qui pourraient être réduits à néant.

Ce gîte va aujourd’hui subir la concurrence directe des gîtes municipaux qui pourront accueillir 14 personnes. Financés avec de l’argent public, les nouveaux gîtes vont forcément être plus concurrentiels et ce d’autant plus que l’accueil et l’entretien seront effectués par du personnel communal.

Avec ce nouvel investissement, la municipalité vient tout simplement de mettre en péril une activité économique déjà existante dans le village. Doit-on s’attendre à ce qu’elle ouvre une boulangerie, un salon de coiffure ou un bar ?

La maire de Rimogne ne fait pas de politique

PressePas moins de 3 articles concernant les projets de la mairie sont parus en moins d’une semaine : le premier concerne la réalisation d’un circuit touristique autour du chevalement, le second la réception des travaux de création de gîtes et enfin le dernier traite de la pose de la première pierre pour la maison de santé.

Le fait que les projets de l’actuelle municipalité fassent l’objet d’une intense communication à quatre mois des élections municipales n’est bien sûr que le fruit d’une pure coïncidence.

Cela permettra au moins aux Rimognats d’être enfin renseignés sur ces projets, sur lesquels ils n’avaient jusqu’alors aucune ou peu d’informations, notamment sur leurs coûts. Nous y reviendrons.

La maire de Rimogne ne s’est toujours pas officiellement déclarée, même  si il ne fait aucun doute qu’elle sera candidate, puisqu’elle recherche activement les personnes qui figureront sur sa liste.

Le faux-suspens qu’elle entretient a une conséquence : il lui permet de communiquer  auprès des Rimognats en bénéficiant de sa position de maire. Tout en assurant « ne pas vouloir faire de politique ».

Une position bien confortable, réservée aux sortants, et dont elle va continuer à se servir, en retardant le plus longtemps possible le moment de se déclarer.

Dans la presse aujourd’hui

Adeline Lacaille

Portrait Adeline Lacaille« Rimogne doit offrir le meilleur environnement possible pour l’éducation de nos enfants »

-36 ans

-Mariée à Sylvain Lacaille, entrepreneur à Rimogne, 3 enfants

-Secrétaire médicale

-Membre de l’association des parents d’élèves, élue aux conseils d’école et collège

Vous avez presque toujours vécu à Rimogne, parlez-nous de votre attachement pour votre village.

Je viens d’Harcy mais j’ai été au collège à Rimogne et j’y habite depuis la fin de mes études. Mon mari est un enfant du village…comme le sont les miens aujourd’hui ! Rimogne est le lieu où nous avons nos racines, où est installée l’entreprise familiale, où vivent la plupart des membres de notre famille et nos amis. C’est à Rimogne que nous avons l’essentiel de nos attaches, cela compte. Comme je vais sans doute y passer la plus grande partie de ma vie, je me sens très concernée par l’avenir du village.

C’est la raison pour laquelle vous vous êtes engagée sur la liste ?

Oui, mais aussi parce qu’on ne peut pas toujours rester spectateur : la critique est utile mais elle ne dispense pas d’agir. J’ai 36 ans, c’est le moment pour moi de m’engager pour mon village.  Lorsque j’ai été sollicitée par Grégory Truong, la tête de liste, j’ai été convaincue par le sérieux de sa démarche, je le connaissais, nous avons travaillé ensemble au sein de l’association des parents d’élèves.

Et puis il y une autre chose importante. Pour la première fois, le prochain conseil municipal sera composée à quasi égalité d’hommes et de femmes, puisque les listes sont obligatoirement paritaires maintenant. Avec ce changement, les femmes vont pouvoir participer aux même titre que les hommes aux grandes décisions qui touchent à l’avenir de la commune.

Justement, quel va être votre apport ?

Celui d’une femme qui, comme beaucoup d’autres, mène  une vie professionnelle, familiale, sociale et associative. Je suis secrétaire médicale et mère de 3 enfants, âgés de 5 à 13 ans. Je connais bien la réalité de la vie quotidienne et la nécessité de s’organiser, d’anticiper, de coordonner. Je peux être très utile au fonctionnement d’une équipe.

Et puis, je constate aussi le manque flagrant d’activités et d’animations pour les enfants dans notre village, notamment pour ceux qui ont plus de 12 ans. Vivre dans un village est, à mes yeux, une chance pour eux et pour nous,  leurs parents. Mais nous devons veiller à ce qu’ils puissent s’ouvrir vers le « monde extérieur ». Nous devons réaliser des équipements qui leur permettent de se réunir et de se divertir, autour d’activités de qualité, en toute sécurité.

En tant que mère de famille, je sais l’importance que peut avoir un bon environnement dans l’éducation des enfants et des adolescents. Je souhaite un meilleur cadre de vie et plus de possibilités pour les enfants et les jeunes de Rimogne, afin qu’ils puissent pleinement s’y épanouir et avoir envie peut-être, plus tard, à leur tour, de s’y investir.

Découvrez bientôt un autre membre de la liste en cliquant ici.

La candidature de Grégory Truong et Vivre à Rimogne annonçée à la presse

Yannick Rossato

Portrait Y Rossato 1

« Je souhaite être un élu accessible et disponible pour tous. Chacun a le droit d’être informé et d’être consulté sur les affaires de la commune ».

-36 ans

-Marié, deux enfants

-Responsable commercial au sein d’une entreprise nationale de paris hippiques

-Président de l’Association du centre de  loisirs de Rimogne

Vous présidez l’association du centre de loisirs de Rimogne, parlez-nous  de cette association ?

Le centre de loisirs de Rimogne n’est pas municipal. Il fonctionne, sous la forme d’une association, grâce à la bonne volonté de quelques parents bénévoles. La  municipalité apporte son soutien mais sans leur engagement, il n’y aurait pas de centre loisirs pour les enfants de la commune. Je préside l’association depuis trois années, j’ai largement contribué à la dynamiser puisque nous accueillons aujourd’hui près de 50 enfants pendant les vacances scolaires.

Vous êtes donc déjà très engagé au service des habitants, pourquoi avoir accepté d’être candidat sur la liste « Vivre à Rimogne » ?

Pour être encore plus utile à notre commune où j’habite avec mon épouse et mes deux enfants depuis 13 ans. Je connais bien le monde associatif et je souhaite aujourd’hui prolonger mon engagement.  Mon père, militaire, est  mort en service commandé, alors je crois essentiel de contribuer à l’intérêt général.  Et puis, il est important que des visages nouveaux viennent siéger au conseil municipal. Des hommes et des femmes qui apportent des idées innovantes et un regard neuf sur les affaires de la commune. Je crois que Rimogne a besoin d’une autre approche, plus professionnelle et plus moderne, pour répondre aux attentes des habitants.

Que pensez-vous apporter à ce nouveau projet ?

Nous sommes avec Grégory Truong, la tête de liste, assez complémentaires je crois. Il connaît très bien la manière dont une commune doit se gérer et je suis un homme de contact, qui apprécie particulièrement  le dialogue et la rencontre avec les autres. Nous mènerons les dossiers ensemble et je prendrai des responsabilités importantes dans la nouvelle équipe.

Découvrez bientôt un autre membre de la liste en cliquant ici.

Pas d’économie sur le dos des enfants de Rimogne

Visuel rythmes scolairesExceptionnellement, mercredi prochain, le 13 novembre, les élèves des écoles auront classe toute la journée, pour rattraper la journée du 31 octobre qui tombait pendant les vacances. Au niveau national, des collectifs de parents ont appelé au boycott  de cette journée de rattrapage pour protester contre la réforme des rythmes scolaires.

A Rimogne, où le changement des rythmes scolaires est appliqué depuis la rentrée, l’appel au boycott fait débat chez les parents d’élèves.

Nous sommes heureux qu’un débat ait enfin lieu autour de la question des rythmes scolaires et souhaitons exposer la position de la liste Vivre à Rimogne.

Les TAP, une opportunité à saisir pour l’épanouissement de nos enfants

Plusieurs membres de notre liste ont participé aux travaux du comité de pilotage qui a été réuni par la municipalité, avant que celui ci n’ai été écarté des décisions par la maire. Nous connaissons donc parfaitement le dossier que nous continuons de suivre avec beaucoup d’attention.

Pour nous, le changement de rythme scolaire est une contrainte qu’il faut impérativement transformer en une chance. Il constitue l’opportunité pour  tous nos enfants, qui vivent dans une commune rurale, d’accéder à des activités culturelles, artistiques ou sportives auxquelles ils ont très difficilement accès, voir pas du tout. Encore faut-il s’en donner les moyens humains et financiers.

Nous pensons que la fatigue constatée chez les enfants est réelle mais que des activités de qualité, stimulantes et variées doivent permettre  qu’ils s’habituent progressivement à leurs nouveaux rythmes.

Nous sommes encore partagés sur le moment où il aurait fallu mettre le changement en place. 2013 ? 2014 ? En tout état de cause, nous n’avons pas eu le choix puisque la Maire a décidé, seule, sans l’avis des parents, des enseignants, ni même de son conseil municipal, d’appliquer la réforme dès 2013.

Il n’y a pas eu la possibilité de se donner le temps de discuter du bien-fondé de la réforme, sur l’impact positif ou négatif qu’elle aurait sur le bien-être des enfants. A Rimogne, nous avons été mis devant le fait accompli. Un point c’est tout.

Où va l’argent des TAP ?

Pourquoi la maire a t-elle décidé d’appliquer si rapidement le changement  ? Essentiellement pour des histoires de gros sous.

L’Etat a accordé une subvention de 20 000 € à la commune pour avoir décidé de ce changement en 2013. A cela s’ajoute, l’aide accordée par la CAF, soit un total de 29 000 €.

C’est à peu près la somme nécessaire pour que les 222 enfants de maternelle et primaire qui participent aujourd’hui aux activités puissent bénéficier d’un programme diversifié qui offre un véritable choix, avec un contenu de qualité et des conditions de sécurité optimum. Ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Pourquoi ? Parce que la municipalité, en dépit des sommes importantes qu’elle va toucher, souhaite faire des économies et n’a pas encore consacré les moyens humains et financiers nécessaires pour que les TAP offrent tout leur véritable intérêt. Parce que la municipalité actuelle n’a pas compris les enjeux importants que représente ces activités pour l’épanouissement de nos enfants, les familles et au-delà pour la vie du village. Elle n’en a qu’une approche lointaine et comptable, comme en témoignent ces incessants revirements sur le sujet.

Le programme aujourd’hui mis en oeuvre, même s’il présente quelques bonnes activités, demeure encore très déséquilibré, faute d’avoir recours à plus d’intervenants extérieurs et professionnels. La municipalité préfère pour le moment demander aux agents municipaux, dont ce n’est pas le métier, d’assurer l’animation des TAP, comme c’est le cas en maternelle.

L’Etat a décidé de reconduire ses aides pour l’année prochaine, ce qui permet d’envisager avec sérénité le développement des TAP.  Dans le même temps, la municipalité a décidé de dépenser 95 000 € pour la remise en peinture du Puit Saint Quentin, ce qui correspond à environ trois années entières de fonctionnement des TAP. Ce qui en dit long sur ses choix.

Les moyens financiers existent donc, ils ne sont simplement pas utilisés, faute de faire du développement des activités pour les enfants des écoles de Rimogne, une priorité.

La municipalité veut bien appliquer la réforme pour toucher les subventions mais décide de ne faire que le minimum 

La liste « Vivre à Rimogne » s’engage à ce que les activités organisées après l’école constitue une véritable priorité. Un programme ambitieux permettra  à tous les enfants de Rimogne d’accéder gratuitement à des activités variées et de qualité, où la sécurité des enfants sera garantie, dans les deux écoles de la ville et tous les jours de la semaine. Ce programme sera élaboré en concertation avec les parents d’élèves et les équipes pédagogiques, qui en valideront le contenu. Une information permanente sur le déroulé et l’organisation de ces activités sera transmise aux parents. 

Si ça marche : c’est grâce à moi. Si ça marche pas : c’est la faute des autres.

Girouette 2Le maire de Rimogne est revenue trois fois sur sa décision d’appliquer ou pas la réforme des changements scolaires

En mars dernier, quelques uns des maires des villages alentours et la maire de Rimogne, décident seuls, sans consulter les parents d’élèves ou les enseignants, de passer à la semaine de  4,5 jours.

Le conseil municipal n’est lui informé de cette décision que 6 jours après, le 4 avril. La maire de Rimogne explique  tout le bien qu’elle pense de cette réforme et surtout la possibilité que la municipalité puisse toucher une subvention de 90 € par enfant scolarisé, et devenir une commune pilote « bien vue de l’Inspection académique » !

Mis devant le fait accompli, les parents d’élèves  et les enseignants n’ont que le choix de participer à un comité de pilotage,

Les réunions se succèdent et les participants réussissent la prouesse d’élaborer ensemble les bases du projet qui doit être remis sous deux mois. Durant toute cette période, le Maire de Rimogne ou un membre du conseil municipal ne participent à aucune des réunions du comité de pilotage. 

Le projet est mis à la connaissance du maire de Rimogne qui le rejette en bloc et affirme, les larmes aux yeux, que l’on a profité de  sa faiblesse et qu’elle a été manipulée, Pour elle, tout est trop coûteux, le temps manque pour le mettre en oeuvre, les subventions de l’Etat sont incertaines, bref, le projet qu’elle a pourtant si ardemment défendu deux mois auparavant est infaisable et dit-elle: « elle vient tout juste de s’en rendre compte ».

Pour le maire, la concertation et le conseil municipal ne servent à rien. 

Sans aucune concertation, sans en discuter au préalable avec les membres du comité de pilotage, elle fait voter par son conseil municipal l’annulation du changement de rythmes scolaires en 2013 et son report en 2014. Le conseil municipal vote alors, presque sans en discuter et à l’unanimité, la position exactement inverse de ce qui lui a été présenté il y a seulement quelques semaines. Une fois encore, l’ensemble des acteurs sont mis devant le fait accompli.

Cette fois pourtant, les membres du comité de pilotage décident de réagir contre le peu de cas qui est fait de leur avis et du travail réalisé depuis deux mois.  Ils contestent les contre-vérités et les approximations exposées par la maire.

Après un très long débat, la maire de Rimogne choisit finalement de renoncer à appliquer la décision de son conseil, qui décidément ne sert pas à grand-chose et doit, quelques semaines après, revoter l’exact contraire.

Par ailleurs, décidée à ne pas s’embarrasser de l’avis du comité, elle choisit de de ne plus le réunir jusqu’à la rentrée, pour reprendre le projet à son compte mais en réduisant considérablement les propositions qui ont été faites.

Faute d’avoir voulu travailler avec les parents d’élèves,  les enseignants, les représentants d’association ; elle assume dorénavant seule la responsabilité  des activités organisées après l’école et des décisions qu’elle a prise.

Aujourd’hui, le maire de Rimogne veut faire croire que si les choses fonctionnent bien, c’est bien sûr  grâce à elle. Si elles devaient mal tourner, ce serait évidemment la faute des autres (des parents d’élèves, des enseignants, des autres maires, de l’inspection d’académie, de l’Etat, des agents communaux etc.). Facile, trop facile. 

Des arguments qui ne résistent pas au rappel des faits, comme nous les avons dénoncé depuis le départ, dès le mois d’avril dernier sur ce blog :

Rythmes scolaires : c’est parti !

Le Maire de Murtin-Bogny à la manoeuvre

Rimogne ne fait pas machine arrière

On l’a échappé belle

 

Vivre à Rimogne à la rencontre des Rimognats

IMGP2986Rien ne vaut une discussion directe. Ce week-end, plusieurs membres de la liste « Vivre à Rimogne » sont allés à la rencontre des habitants du village.

Ils ont ainsi officialisé leur déclaration collective de candidature pour les prochaines élections municipales.

Partis pour distribuer dans toutes les boîtes de la commune, le premier tract d’information de l’équipe, ils ont  échangé avec les personnes qu’ils ont croisées, souvent intéressées par leur démarche.

Les membres de Vivre à Rimogne ont rappelé qu’il s’agissait d’abord d’interroger les habitants et de leur demander leur avis sur la gestion de la commune et sur les améliorations qu’ils souhaitaient voir réalisées dans le village. Ils ont ainsi diffusé un questionnaire, qui servira de base à leur réflexion et à l’élaboration de leurs propositions.

Un premier contact qui en appelle beaucoup d’autres.

Une liste qui VOUS ressemble

Profil 3Les 8 hommes et 7 femmes réunis sur notre liste sont à l’image des habitants de Rimogne.

Certains d’entre nous ont presque toujours vécu à Rimogne. Pour d’autres, l’installation est plus récente mais quelque soit notre origine, notre âge ou notre activité nous partageons tous le même intérêt pour la vie du village et pour son avenir.

Face aux changements et aux enjeux que va connaître Rimogne, il est plus que nécessaire de renouveler les personnes en charge de la gestion de la commune  afin que l’équipe municipale soit représentative :

- des parents dont les enfants sont encore en âge de scolarité dans les établissements  scolaires du village

- des personnes dans la vie active, qui sont impliquée quotidiennement dans  la réalité du monde du travail

- d’adultes encore jeunes mais responsables, au fait du monde qui les entoure, ouverts sur l’extérieur

- d’anciens plus expérimentés mais rompus au dialogue, qui connaissent bien le village, ses habitants et qui en sont la mémoire

- de professionnels compétents qui sauront apporter leur expertise, leur méthode de travail et leur réseau dans la gestion de la commune

- de personnes moins occupées qui offriront leur disponibilité, leurs connaissances et leurs talents personnels

- d’habitants de très longue date attachés à Rimogne et soucieux de son avenir

- d’habitants plus récemment arrivés mais qui souhaitent par leur implication s’intégrer complètement au village et participer à son développement

- des responsables associatifs qui participe déjà activement, dans leur domaine,  à la vie du village

- des commerçants, entrepreneurs, libéraux dont l’activité est à Rimogne.

-  de simples citoyens qui pensent qu’il est essentiel de s’engager.

Le prochain conseil municipal doit refléter la diversité des personnes qui habitent aujourd’hui Rimogne

Il ne doit pas seulement être composé de ceux qui, parce qu’ils ne sont plus en activité, ont du temps à consacrer à la commune ; mais sont aussi un peu éloignés des réalités familiales, professionnelles et sociales que connaissent la grande majorité des habitants de Rimogne. Les Rimognats ont besoin d’avoir des élus qui connaissent leur préoccupations, parce qu’ils les vivent comme eux au quotidien.

Réunis autour de Grégory Truong, la tête de liste Les femmes et les hommes de notre équipe  sont âgés de 25 à 70 ans. La plupart d’entre eux travaillent. Certains sont impliqués dans des associations mais aucun n’est engagé dans un parti. Ils mettent aujourd’hui les acquis de leurs vies professionnelles et associatives au service de Rimogne. Ensemble, ils forment une équipe diversifiée, déterminée et organisée.

Les membres qui composent Vivre à Rimogne vous seront présentés en détail, semaine après cette semaine, sur ce blog, où vous pourrez dialoguer avec eux.

Proposer un véritable choix aux Rimognats

P1090743

Le 23 mars prochain vous voterez pour élire un maire et une équipe municipale. C’est un moment important dans la vie de notre village.

Les règles du scrutin ont été changées. Dorénavant, chaque liste doit obligatoirement  comporter 15 noms et alterner les hommes et les femmes. Désormais, les candidatures individuelles ou les listes incomplètes sont impossibles.

En clair, le conseil municipal de Rimogne sera élu comme dans les autres villes plus importantes. Alors qu’auparavant le conseil  était composé d’une addition d’individualités, élues sur leur propre nom, aujourd’hui les listes devront être constituées d’hommes et de femmes, à part égale, regroupées autour d’un projet collectif sur lequel les électeurs auront à se prononcer.

Cela entraine un véritable changement et impose qu’une équipe complète se réunisse autour d’un maire et d’un programme commun pour avoir le droit de se présenter devant les électeurs.  Cela réclame un véritable travail de préparation, bien avant le jour des élections.

Nous désirons que les habitants de Rimogne aient ce jour-là la possibilité d’un véritable choix. Nous ne voulons pas d’une seule liste conduite par l’actuelle maire. Nous souhaitons offrir la possibilité de débattre vraiment puis de décider de l’avenir de notre village.

C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de présenter notre candidature aux prochaines élections municipales.

En mars 2014, la liste Vivre à Rimogne, composée de  8 hommes et 7 femmes, se présentera devant vos suffrages. Menée par Grégory Truong, elle constituera une équipe vraiment représentative des habitants de Rimogne.

Votre choix est décisif pour voir enfin une nouvelle génération de responsables prendre en charge les affaires de la commune et lui permettre de se développer.

Ces hommes et ces femmes se préparent à assumer collectivement des fonctions dont ils mesurent l’importance.

  • Voilà pourquoi ils se sont regroupés dès maintenant pour travailler ensemble et élaborer des propositions, sur lesquelles ils veulent interroger les Rimognats.
  • Voilà pourquoi ils vous informent aujourd’hui de leurs intentions, sans attendre et entretenir un faux suspens sur leur candidature.

Toutes les bonnes volontés, les compétences et les soutiens continuent d’être les bienvenus. Notre liste demeure ouverte à tous ceux qui accorde la priorité au développement du village, elle n’est liée à aucun parti politique. Elle vous sera  présentée  semaine après semaine avec le fruit de nos réflexions et de nos échanges avec les habitants de Rimogne.

Autour de Grégory Truong, nous nous sommes  engagés à élaborer et mettre en oeuvre un véritable programme d’avenir pour Rimogne. Nous sommes  déterminés à proposer un véritable choix aux Rimognats et fiers de nous mettre à leur service. 

Grégory Truong, tête de liste

Portrait G Truong 2

« Rimogne a besoin d’un maire ouvert au dialogue et expérimenté, qui connait très bien la gestion d’une mairie. Je serai un maire qui développe et avance mais aussi un maire qui écoute, explique et rassure ».

-43 ans

- marié à Krisia Langlois, orthophoniste à Rimogne, un enfant

- attaché territorial, occupe depuis 15 ans des postes à responsabilités dans plusieurs mairies

- chargé des relations internationales dans une ville chef-lieu

 

Vous êtes très impliqué dans la vie de la commune mais encore beaucoup de gens ne vous connaissent pas. Qui êtes vous ?

C’est vrai, car jusqu’ici j’ai travaillé assez discrètement. J’ai 43 ans et je suis arrivé dans les Ardennes, il y a 15 ans où j’ai occupé mon premier poste, comme responsable de la communication de la ville chef-lieu.

Je connais Rimogne depuis cette période, puisque j’y ai rencontré mon épouse. Elle y vit depuis très longtemps, elle y a été à l’école, puis au collège. Elle n’a d’ailleurs presque jamais quitté le village, puisqu’elle y a installé son cabinet d’orthophoniste depuis plus de 20 ans. Elle est venu me rejoindre en région parisienne pendant un temps, mais nous sommes revenus à Rimogne il y quelques années, où nos élevons notre petit garçon de 4 ans.

Vous sollicitez les suffrages des Rimognats, qu’est ce qui vous rend légitime à devenir leur maire ?

Avant tout mes compétences et mon expérience : j’ai fait de longues études supérieures, je suis juriste, diplômé de Sciences-po et j’occupe depuis toujours des postes à responsabilités dans différentes mairies et dans de nombreux domaines (communication, culture, sports, vie associative…). Je suis aujourd’hui chargé de mission relations internationales dans la ville chef-lieu.

Je connais très bien le fonctionnement d’une mairie, je sais manager une équipe, gérer des budgets et mener des projets complexes en concertation avec tous les acteurs concernés et de nombreux partenaires. Je suis un professionnel du développement territorial.

Et puis, ces dernières années je me suis beaucoup investi dans la vie du village : j’ai notamment mené la bataille pour faire annuler la décision prise par la municipalité actuelle de recourir à l’assainissement individuel sur tout le territoire de la commune. Aujourd’hui la question est loin d’être réglée, mais nous avons contribué à ce que les habitants de Rimogne n’aient pas à effectuer des travaux obligatoires et coûteux dans leurs habitations. J’assiste depuis à presque tous les conseils municipaux pour me tenir informé.

En outre, j’ai participé, aux côtés d’autres parents d’élèves, au comité de pilotage sur la mise en place des rythmes scolaires. C’est à cette occasion que j’ai vraiment pu mesurer la curieuse méthode avec laquelle sont mis en oeuvre les projets qui intéressent  au plus près la vie des habitants de Rimogne. Des décisions prises hâtivement, sans réelle discussion, des conflits et des reculades qui font perdre beaucoup de temps pour peu de résultats.

Alors de votre côté, que ferez-vous ?

En premier lieu, je propose de  travailler vraiment en équipe. Les membres de la liste qui m’entourent sont pour la plupart des personnes encore en activité professionnelle, même si nous bénéficions aussi de l’expérience de personnes retraitées. Ils mettront au service de Rimogne tous les acquis de leurs vies professionnelles et associatives. Tous ensemble, nous proposerons une nouvelle méthode de travail où le collectif, l’écoute et  l’information seront une priorité.

Rimogne a besoin d’un maire soucieux de dialoguer avec tous, y compris ceux qui sont en désaccord avec lui. Un maire qui rassemble tous les Rimognats, toutes générations et conditions confondues sans privilégier une catégorie de population. Un maire qui sache établir une relation exigeante mais confiante avec les agents municipaux. Un maire qui représente sa commune avec honneur et qui a l’habitude d’échanger directement, à l’oral aussi bien qu’à l’écrit, avec des interlocuteurs importants. Un maire compétent, expérimenté, investi dans la vie locale, qui connaît déjà bien les grands dossiers de la commune.  Un maire qui sache informer, expliquer, convaincre et se servir des nouveaux moyens de communication.

Rimogne a besoin d’un maire qui forme avec les autres conseillers de la liste un véritable groupe, sachant travailler en équipe au service de l’intérêt général, sur la base d’un projet qu’ils auront élaboré et proposé au vote des Rimognats.

Découvrez bientôt un autre membre de la liste en cliquant ici.

Télécharger le Tract d’information N°1 – Novembre 2013