Daily Archiv: Dimanche - 19 mai 2013

Rythmes scolaires : beaucoup de questions, peu de réponses

P1090699Jeudi dernier a eu lieu une première réunion d’information sur le changement de rythmes scolaires. Organisée par l’association des parents d’élèves qui souhaitait informer rapidement les parents sur le passage à 4,5 jours, la réunion a suscité plus de questions qu’elle n’a apporté de réponses, mais a eu aussi le mérite de « faire remonter » les inquiétudes des parents. L’association avait d’ailleurs volontairement choisi de ne pas y associer la mairie afin que les débats y soient plus libres.

Qu’a pu apprendre la trentaine de parents présents à la salle Daumas, ce soir-là ?

Ils se sont d’abord vu confirmé que c’était bien les 6 maires des communes dont les enfants sont scolarisés à Rimogne qui ont pris la décision de passer à la semaine de 4,5 jours dès la rentrée 2013 et qui ont choisi de ne pas demander de dérogation comme environ 75% des autres villes du pays. La décision, prise sans concertation, a été présentée comme acquise aux représentants des parents d’élèves lors d’un conseil d’école organisé le 29 mars dernier.

Les 3 raisons invoquées pour justifier cette décision  ? Bénéficier des 50 € supplémentaires accordés par enfant scolarisé aux communes qui modifient dès 2013 leurs horaires, prendre de l’avance et expérimenter une nouvelle organisation pour être parfaitement prêts en 2014, s’assurer avant  les autres communes des ressources offertes par les associations du territoire.

Un calcul qui s’avère risqué quand on comprend que la mairie n’a que trois mois, si on excepte les mois d’été, pour mettre en place les activités périscolaires pour tous les enfants, 4 jours par semaine après l’école. Et ce ne sont pas les 12500 € supplémentaires qui vont aidé à résoudre les très nombreux problèmes que posent la mise en place de ces activités.

La mairie navigue à vue

A commencer par le nombre d’enfants concernés, faute d’avoir le temps d’interroger tous les parents sur leurs intentions, la mairie navigue à vue : combien d’enfants seront inscrits aux activités qui, il faut le rappeler, ne sont pas obligatoires : 250 (le nombre d’enfants scolarisés à Rimogne) ? 100 ? 50 ? Impossible de le savoir  et donc de dimensionner correctement le nombre d’activité à organiser, de salles à réserver, de personnels et d’intervenants à mobiliser.

La disponibilité des salles ne pose heureusement pas de problème. Rimogne dispose de salles disponibles à proximité des écoles (Salle polyvalente, Salle Damas, médiathèque…). Par ailleurs, la quasi totalité des salles de classe dans les deux écoles devrait pouvoir être utilisées.

Par contre, la question de l’encadrement n’est  pas encore résolue. Et pourtant elle est essentielle : il faut que la mairie puisse garantir que nos enfants sont entre les mains d’un personnel suffisamment nombreux (au minimum 1 personne pour 14 enfants de moins de 6 ans ou 18 enfants de plus de 6 ans) et suffisamment qualifié. Or, si on excepte les trois ATSEM de l’école maternelle, très peu d’agents municipaux sont diplômés, un seul est titulaire du BAFA et un autre du BAFD, pour des missions de direction. Des formations pourraient être envisagées mais là aussi le manque de temps pose problème.

Les représentants des parents d’élèves ont par ailleurs demandé, et à priori obtenu, la création d’un poste d’un coordinateur pour l’ensemble de ces activités. Ce coordinateur aurait la charge très lourde d’assurer la mise en place et le bon déroulement des activités, d’assurer la coordination entre les enseignants, la mairie, les encadrants et les personnes extérieures intervenantes et de faire le lien avec les familles. C’est lui qui recevrait les inscriptions et organiserait le programme des activités en fonction du nombre d’enfants inscrits, en veillant à leur bonne répartition dans les différentes activités. Un travail à plein temps, dont on ne sait pas encore s’il serait assuré par l’agent municipal déjà qualifié  ou s’il donnera lieu à un recrutement.

La grande inconnue : la nature des activités proposées

Mais la grande inconnue demeure la nature des activités qui seront proposées. A ce jour, aucune véritable proposition n’a été présentée par la mairie. Et les représentants des parents d’élèves ont été bien en peine d’en citer au moins des exemples aux parents présents à la réunion. On sait qu’en raison du temps limité réservé à ces activités (de 15h30 à 16h30), les activités sportives seront nécessairement limitées. Elles doivent  par ailleurs être animées par des personnels titulaires d’un diplôme d’état. Les associations sportives de Rimogne, qui fonctionnent surtout après 17h avec des bénévoles vont avoir du mal à les prendre en charge.

Pour les autres activités culturelles ou artistiques, le manque d’associations dans ces domaines, à Rimogne et dans les autres communes,  compliquent beaucoup les choses : la mairie compte d’ailleurs beaucoup (un peu trop ? ) dans ce domaine sur la bonne volonté de bénévoles, parmi les parents d’élèves ou les retraités, qui proposeraient de faire partager leur passion ou leur savoir-faire. Certains parents d’élèves y sont prêts mais les horaires des activités sont incompatibles avec leur vie professionnelle. Et surtout, pourra-t-on vraiment s’appuyer sur le bénévolat dans la durée ? Le peu de personnes présentes à la réunion de ce jeudi fait craindre que la mobilisation ne soit pas très importante.

Et à trois mois de la rentrée, le dispositif risque bien de ne pas être opérationnel…comme on pouvait s’y attendre.

Ce d’autant plus que les parents d’élèves présents à la réunion ont aussi exprimé des remarques  sur l’organisation pratique du changement :  Difficile par exemple pour certains de récupérer les enfants, le mercredi à 11h30, en pleine journée. Pour d’autres, qui comprennent l’impossibilité de s’inscrire au jour le jour, l’inscription aux activités prévue par trimestre doit s’accompagner d’un certaine souplesse, afin d’adapter l’organisation aux cas individuels. Des parents ont par ailleurs insisté sur la nécessité que les temps d’activités ne se transforment pas en « garderie déguisée ». D’autres ont même regretté que finalement la journée des enfants ne se trouverait pas allégée, au contraire, même si certains ont été plus optimistes et ont jugé que le changement de rythmes scolaires constituaient une opportunité de découvrir et de s’enrichir pour les enfants.

En cela, la réaction des parents est le reflet des débats qui ont lieu au sein même de l’association des parents d’élèves, dont tous les représentants ne sont pas tous du même avis. La réunion aura eu ce mérite : celui d’un dialogue ouvert entre les pour, les contre et ceux qui pensent simplement qu’il aurait fallu se préparer une année de plus.

Espérons que ce dialogue soit aussi large lorsque la mairie organisera à son tour une réunion d’information pour toutes les familles.